La jouvencelle des routes

La jouvencelle des routes

          La Yamaha 900 Tracer a une petite soeur. Félicitations ! Et quelle soeur. La MT-07 reprend la même recette que la MT-09 et se transforme en un cross-over qui s'annonce d'ores et déjà comme une très tentante machine. La nouvelle Tracer 700 se revendique de la philosophie "Kando", un sentiment de profonde satisfaction et d'émotion intense que l'on ressent quand on vit quelque chose d'exceptionnel. Coté passion mécanique, cela consiste à créer des motos qui inspirent, exaltent et donnent le sourire à chaque sortie. La petite Tracer est de celles-ci. De prime abord, la 700 Tracer semble véritablement un clone de la 900. Même silhouette, même physionomie, même aplomb. Mais en s'approchant, on constate une foule de différences. Aussi, tout comme la grosse Tracer est bien plus qu'une MT-09 habillée façon SUV, la moyenne reçoit nombre de modifications qui en font une machine nettement distincte de la MT-07.



          Où sont les différences, où sont les similitudes ? Elle mérite que l'on prenne un peu de temps pour scanner chaque coté de la frontière. Commençons par la génitrice, qui n'est autre que l'un des plus gros succès de Yamaha dans le domaine des roadsters. De roadster léger, mutin, et fun, la MT-07 Tracer devient sérieuse, élégante, frondeuse. La greffe d'une imposante tête de fourche change toute sa physionomie. Et avec quelle réussite ! On sent que les designers de Yam ont bien bossé la question. Moins taillé dans les angles que celui de la 900 Tracer, plus souple dans ses formes, caressé sous les yeux, il réalise le petit coup de magie de s'apparenter immédiatement au grand frère tout en possédant son identité propre. On est loin des GSX-R 600, 750 et 1000 du début du siècle, véritable génères les uns des autres. Le jeu de phare réplique celui de la 900, avec un toucher de crayon qui n'est pas sans rappeler le front de la TDM 900. Les connaisseurs apprécieront.

Tout ne serait que ce haut de carénage ? Non, le constructeur s'est appliqué. Et a installé un petit nid bien agencé pour accueillir le tableau de bord repris du roadster. S'en dégage une impression cossue qui nous amène naturellement à chercher des petits plus. Ils ne sont guère loin : Qui dit routière dit protection, et ce sera le rôle de la bulle réglable sur plusieurs positions ; avec un mécanisme semble-t-il plus accessible que sur la 900 Tracer. Indispensable aujourd'hui, des prises 12V peuvent être installées dans des emplacements prévus sur les cotés du carénage. Aurons-nous droit à une de ces alimentations en série, comme sur la 900 ? On apprécierait grandement.





          Gagnant fortement en identité, la 700 Tracer ne se contente pas d'un costume de sortie équipé. Elle pense au loin. En témoigne le nouveau réservoir dont la capacité monte à 17 litres (+ 3 litres) et la selle biplace à deux niveaux remplaçant la double assise plus sportive de la MT-07. On s'interroge sur les ailerons placés devant les poignées. Dixit le constructeur, voici de quoi améliorer le confort. Mouais….. Ces bouts de protège-mains ne seront pas d'une grande efficacité mais ajoutent nettement du style. On ne pourra leur demander l'excellence, surtout qu'ils paraissent deux fois moins grands que ceux de la 900 Tracer, déjà moyennement convaincants. Passons rapidement sur les clignos intégrés ; avec une incorporation plus ou moins hâtée. On sera plus satisfait par la greffe de belles (et bonnes) poignées passager, le tout s'achevant sur un feu arrière piqué à la MT-09.



          Et de la 900 Tracer, qu'a-t-elle récupéré en plus de la philosophie de routière joueuse et tonique ? Et bien, c'est tout. Hormis le phare arrière et les bonnes idées, la 700 Tracer n'a piqué aucune pièce à la 900. Pourtant, il y avait deux ou trois petites choses qu'on aurait aimé retrouver, comme le tableau de bord façon 1200 Ténéré (il va vraiment très bien sur ce type de machine crossover), les platines de support pour les valises (City ou Touring), la béquille centrale ou la selle réglable en hauteur - un point délicat car l'altitude d'assise a grimpé de 805 à 845 mm. De quoi faire hésiter les petits gabarits.

Ces différences gageront plus ou moins en importance. Mais il faut bien que la 900 Tracer justifie quelques gourmandises en plus de la générosité de son moteur.



          Le moteur justement. Coté technique, la 700 Tracer est extrêmement proche de laMT-07. Logique puisqu'elle est construite sur elle. Le pilote pourra donc à loisir s'amuser avec le bicylindre parallèle typé crossplane qui s'agite là-dessous. 689 cm3 de cylindrée, un calage à 270°, 75 chevaux disponibles à 9 000 tr/mn, un bon petit couple de 6.9 mkg à 6 500 tr/mn… et un tempérament joueur à ravir tout ceux qui monte dessus. Le bloc CP2 est plus que sympa. Il déborde d'enthousiasme et justifie à lui seul le succès de la MT-07. Sur la 700 Tracer, il sera un chouia moins fervent car la moto s'est alourdie. La tête de fourche, les équipements et quelques babioles se sont pointés avec 14 kilos de charge. Pas de panique ; à 196 kilos, cette machine reste plus que raisonnable sur la balance. UneVersys ou un V-Schtroumpf souffrent d'une vingtaine d'unités supplémentaires.



          Un détail chagrine. Le radiateur avait-il besoin d'être si peu discret ? A contrario, le cadre fait un maximum d'effort pour se cacher. Platines de jonction peintes en noir, tubes en acier planqués sous l'habillage ; la structure veut remplir sa fonction sans être ostentatoire. C'est à son niveau que l'on note l'une des différences depuis la MT-07 : le bras oscillant a été rallongé pour augmenter l'empattement de 50 mm, au profit de la stabilité. Conjugué avec le poids en hausse, cette nouvelle géométrie va quelque peu assagir la machine, ce qui sied mieux à sa vocation plus polyvalente et curieuse d'horizons.

Dans la même optique, les réglages de suspensions ont été revus. On s'en ravira : Yamaha avait fait de même sur la 900 Tracer, qui offrait de ce fait une meilleure rigueur en comportement (même s'il y a encore des progrès à faire). La 700 Tracer devrait se montrer presque aussi amusante à piloter, avec ce petit sérieux supplémentaire que beaucoup loueront entre chaque sourire.

Moteur, cadre, fourche, amorto… et freins sont reconduits dans leurs prérogatives. Ce n'est pas le supplément de masse qui va changer grand-chose à l'excellent freinage confié à des disques de 282 mm croqués par des étriers 4 pistons. L'arrière se contente d'un 245 mm avec étrier simple piston. L'ABS est installé en série.



          On aura vite fait de se prendre au jeu de cette 700 Tracer. Un brin de réjouissance par ci, une envie de voyage par là, et le désir ne perdra pas de temps pour se manifester entre le fun au quotidien et du sérieux kilométrage le week-end. Yamaha a prévu le coup en préparant une liste d'accessoires aptes à faire de la petite Tracer une voyageuse (valises souples de 20 litres, top-case de 39 litres, bulle haute… liste qui sera totalement dévoilée plus tard).

Héritant des qualités de la MT-07 et du concept crossover de la 900 Tracer, la 700 du même nom devrait de surcroit être proposée à un prix attrayant. Une condition sine qua none pour un succès qui frappe à la porte et pour faire face à une 650 Versys en concurrente directe. La Kawa est déjà sur le marché et utilise des atouts très proches. Une belle bataille se prépare, où la route n'a pas fini de croiser des engins effervescents.





         La Yamaha 700 Tracer en bref :



- Nouvelle Routière 700, polyvalente, sportive et excitante

- Passerelle vers le segment des Routières

- Performances sportives exaltantes et maniabilité optimale

- Bulle réglable et réservoir de grande capacité pour de longs trajets

- Moteur crossplane bicylindre de 689 cm³ à couple élevé

- Châssis amélioré pour plus de stabilité et de confort

- Bras oscillant allongé et réglages des suspensions modifiés

- Ergonomie optimisée pour le pilote et le passager



         Les points forts : 



- Moteur bicylindre, 4 soupapes, à double arbre à cames en tête de 689 cm3

- Caractère moteur typé "crossplane" pour un couple homogène élevé et puissant

- 55,0 kW (74,8 ch) à 9 000 tr/min

- 68,0 Nm (6,9 m.kgf) à 6 500 tr/min

- Cadre tubulaire, bras oscillant en aluminium

- Poids tous pleins faits de 196 kg

- Réservoir de 17 litres pour une grande autonomie (estimation : + de 300 km)

- Bulle réglable manuellement avec bulle haute en option

- Déflecteur de vent intégré, protège-mains

- Double optique et feux de position à LED

- Selle biplace à deux niveaux avec barre de maintien

- Double disque avant de 282 mm à étriers à quatre pistons et ABS

- Suspensions avant et arrière revues